Marcheur chevaux : pourquoi et comment l’utiliser ?

Aujourd’hui, de plus en plus de d’entraîneurs, de centres équestres et d’écuries de propriétaires s’équipent de marcheurs chevaux. Mais savez-vous pourquoi et comment l’utiliser ?

Qu’est ce qu’un marcheur pour chevaux ?

Un marcheur pour chevaux est un outil permettant de faire marcher plusieurs chevaux en même temps dans un couloir circulaire ou oval. La plupart des marcheurs ronds ont une capacité de 4 à 8 chevaux et un diamètre de 13 à 20 mètres. Le couloir a une largeur comprise entre 2 mètres et 2,50 mètres suivant la taille des chevaux qui utilisent le marcheur. La hauteur des lices  du pas de marche doivent être au minimum de 2m.

 

Marcheur pour chevaux avec barrières en bois

Le système automatique du marcheur, disposé au centre, possède un moteur et des bras munis de grilles permettant de séparer les chevaux entre eux. Ces grilles arrivent généralement à 1,20 mètres au dessus du sol et sont équipées de bavettes caoutchouc avec maillons ou de tubes verticaux pour atteindre le sol. Il est également possible d’électrifier ces grilles pour éviter que le cheval ne se colle à celles-ci pour arrêter le mécanisme.

Certains marcheurs disposent, en plus des clôtures internes et externes, d’un toit permettant l’utilisation du marcheur été comme hiver.

Bien entendu, avant de construire un marcheur pour chevaux, il faut penser global. Et notamment penser au terrassement du terrain, à la dalle béton, à l’alimentation en électricité et en eau (si besoin d’arrosage), mais aussi au sol final (sable, tapis caoutchouc etc.). La conception d’un marcheur requiert les compétences d’un professionnel.

Marcheur chevaux : un outil de travail complémentaire intéressant

Il est aujourd’hui assez courant de trouver une écurie ou un centre équestre possédant un marcheur. L’outil s’est démocratisé ces dernières années et offre de nombreux avantages.

Avant tout, il est très important de rappeler que le marcheur est un outil de travail complémentaire. En aucun cas le marcheur ne va remplacer une séance de travail. Il ne faut pas non plus assimiler le marcheur comme une sortie extérieure pour le cheval. Le marcheur ne remplacera jamais une sortie au paddock pour un cheval vivant au box.

La marche étant bénéfique pour le cheval, le marcheur :

  • permet l’échauffement du cheval avant une séance ou une mise au pré pour éviter les claquages.
  • permet la cupération du cheval après l’entrainement (diminution des courbatures)
  • évite problèmes arthrose et d’articulations sur les vieux chevaux
  • améliore la propulsion arrière, l’engagement et l’impulsion sur les jeunes chevaux
  • améliore la circulation sanguine, la condition physique, les muscles
  • permet un déplacement libre sans cavalier sur le dos
  • peut être pour certains chevaux un moyen de rééducation d’une pathologie sacro-iliaque par exemple (affection ligamentaire et osseuse qui touche le bas du dos du cheval)

Chevaux marchant dans un marcheur pour chevaux

L’utilisation du marcheur chevaux peut s’avérer également pratique si les paddocks sont impraticables à cause de la boue ou du gel. Un marcheur permet de faire marcher plusieurs chevaux à la fois, ce qui est un gain de temps pour les professionnels.

Les limites d’un marcheur chevaux

Le marcheur pour chevaux est un outil complémentaire au travail du cheval. Il faut bien prendre en compte qu’une séance de marcheur ne remplace jamais une séance de travail ou bien une sortie au paddock.

Il faut aussi garder à l’esprit que certains chevaux n’adhèrent pas toujours au marcheur. Celui-ci peut réveiller en eux des craintes et causer du stress et de la peur. En effet, le cheval est un animal de proie qui a comme arme principale la fuite. Il faudra donc travailler sur le psychique du cheval pour réussir à ce que la séance de marcheur soit une situation normale.

Par ailleurs, des séances de marcheur trop intensives sur une piste non rectiligne peuvent user les jarrets des chevaux. Une utilisation trop soutenue du marcheur engendrerait aussi des lésions des ligaments collatéraux (en cause le mouvement du pied qui est induit). Il faut bien entendu, comme pour les carrières ou manèges, faire attention au sol, s’il est trop dur (béton) ou trop mou (sable).

La bonne utilisation d’un marcheur chevaux doit respecter certains critères :

  • ne pas faire trotter le cheval, un marcheur est fait pour faire marcher
  • ne pas faire de séances trop longues, 15 à 20 minutes
  • utiliser les 2 sens de rotations (main droite et main gauche)
  • ne pas utiliser à outrance
  • ne pas considérer le marcheur comme une séance de travail ou une sortie au paddock
  • si sol en sable, le niveler avant chaque séance

En conclusion, s’il est bien utilisé, le marcheur s’avère être un très bon outil complémentaire pour le travail des chevaux.

Vous avez un projet de marcheur chevaux ? Consultez notre page produit marcheur ou bien contactez-nous.

© Doitrand Équestre, tous droits de reproduction réservés.